Paroles


Jacques a dit

Jacques a dit c’est parti pour ta vie mon ami.
Si tu t’ennuies tant pis.
Jacques a dit y’a le jour et la nuit et puis des jolies filles et le printemps qui revient.
Jacques a dit y’a le ciel et la mer et le tour de la terre.
Jacques a dit y’a le corps et l’esprit qui ne s’usent que si on s’en sert mais il faut de tout pour plaire.
Jacques a dit fais trembler la terre, saute et crie, le voyage est éphémère.
Jacques a dit y'a le père et la mère, les Beatles et Prévert et le joli mois de Juliette.
Jacques a dit y’a demain et hier tout est toujours à faire et si tu t’ennuies tant pis.

Et quand tu t’endormiras au jour. Que tu referas tout le tour de ta vie et de ces amours. Des heures qui comptent pour cent qu’emporte le vent. Alors quand tu verras ton dernier jour, tu retourneras dans l’amour et nous redeviendrons du vent. Garde jusqu'à cet instant tes rêves d’enfant.


C’est la nuit

Seul dans la nuit
Le sommeil ne vient plus ici
Une autre vie
Des chemins que tu connais bien
Toujours cette musique dans la tête
Toujours le blues après la fête
Seule dans ton lit
Ce là-bas d’après
Que je connaissais

C’est la nuit je t’écris
Des mots, des images aussi
C’est la nuit je t’écris
Des mots mais
Des mots démodés

Quand vient le soir
Comme la mort comme un trésor
Voici d’autres regards
Mais même la pluie ment
Dans tes miroirs.


Par terre

Depuis aujourd’hui c’est comme ça
Elle reste chez elle, moi chez moi
C’est comme ça
Dans son tout petit appartement
Meublé comme les adolescents
C’est comme ça
Avec sa vue qui donne sur rien
Juste un grand trou et puis c’est tout
C’est comme ça
Moi j’aurais bien l’air d’un crétin
A la coller comme un gamin
C’est comme ça

Plus question de se faire
La courte-échelle
D’aller se coller au septième ciel
Plus question de s’envoyer en l’air
Depuis aujourd’hui on reste
Par terre

Elle préfère attendre un enfant
Moi j’ai passé l’âge évidement
C'est comme ça
On va reprendre tout comme avant
En se disant que c’est mieux comme ça
C’est comme ça

On se dira qu’on fait des choix
Qu’on est grands que c’est pas marrant
Mais c’est comme ça
Je lui écrirai des mots d’amour
Et elle me répondra même pas
C’est comme ça

Et puis le temps fera son boulot
On oubliera qu’on était beaux
Et tout ça
Quand on dansait dans mon salon
Nus comme des vers on faisait les cons
C’est comme ça.



Comme n’importe qui

Réveil encore un peu bourré
Je crois pas que le monde ait changé
Toujours en vie, dans ma vie
Un regard par la fenêtre indique
Que le monde va toujours trop vite
Y m’faut un autre café
Toute ma vie s’enfuit
La voix de la ville fait une drôle de fête
Dans ma tête

Juste comme n’importe qui
Comme elles disent exquises
Juste comme n’importe qui
Une voie qu’ils voient
Et ils font ha ha !

Perd ton temps
Il semble que je ne sache faire que ça
Perd ton temps
J’veux pas recommencer là
Réveil encore un peu cassé
Je crois pas que le monde ait bougé
Toujours en vie, toujours en vie

Debout dans la rue en soirée
Les gens courent et ne savent plus danser
Ils sont en vie, dans ma vie
Des horloges peuvent s’arrêter
Ils attendent
Des écrans bleutés vont les emporter.


Money, sexe et cocaîne

On les voit à la télé toujours chics et bien sapés.

Ils ont l’arrogance, ils ont la joie de vivre intense.

Ils ont l’aplomb de parler devant des millions de t.v. addicts dans leurs fauteuils en plastique enfoncés,défoncés.

Mais pour tenir le choc ils ont la combine pour niquer Pierrot et enfiler Colombine. Money, sexe et cocaîne.

Ils cherchent le bon mot pour que tu kiffes comme un fou, la voiture en promo, le petit yaourt mou.

Ils vendraient père et mère pour une accroche d’enfer, ceux qui tombent dans le panneau iront droit en enfer, rien à faire, c’est les affaires.

Ils rapent sur la scène et arranguent la foule.

Ils te chantent des je t’aime et semblent vraiment cools.

Ils font la promo et vendentdes millions.La révolte des ados enrichit le grand patron, bien joué mais tout est cassé.


Suis-moi

Et je suis une goutte d’eau
Je suis le petit grain de sable
Je suis une feuille dans le vent
Je suis le rayon du soleil
Je suis une tache de lune
Je suis d’hier et d’aujourd’hui
Je suis le petit ver de terre
Je suis venu je suis parti
J’étais je suis et je serai
Je suis d’en haut ou bien d’en bas
Je suis d’hier et d’aujourd’hui
Et je suis de demain aussi
Perdu dans ce petit moment
Je suis le matin qui s’éveille
Et je suis la nuit qui se lève
Je suis le jour et son soleil
Je suis les étoiles et le ciel
Et je suis déjà tout ça
Mais suis-moi
Et j’irai toujours vers toi
Je suis à toi je suis à elle
Je suis à moi je suis le vent
Je suis tu ne verras jamais
Car je suis plus grand que tes yeux
Car je suis plus grand que ton coeur
Trop occupé tu ne vois rien
Je suis au delà de tes peines
Là où tu ne regardes pas
Je suis de ceux qui se devinent
Je suis secret je vis caché
Je suis de ceux dans la lumière
Et je suis de ceux sous la pluie
Je suis au sommet des montagnes
Et dans le fond des eaux troublées
Je suis où la lumière n’est pas
Caché au plus profond de toi
Je suis l’espoir qui renait

Je sème mes graines de vent
Je suis le nuage et l’orage
Je suis le tonnerre de tes yeux
Je suis l'éclair et la rivière
Je suis le glaçon et le feu
Je suis le sang dans tes artères
Je suis la couleur de tes yeux
Et je suis une goutte d’eau
Alors je serai l’océan
Je suis le petit grain de sable
Et le désert je deviendrai
Je suis le mot que tu murmures
Et qui deviendra le bonheur
Je suis le temps et ses blessures
Qui t’ouvrent ou t’arrachent le coeur.


La clarté

Et quand s’éteint la dernière flamme
Que le dernier souffle se tait
La maison referme ses portes
Et le coeur n’y reviendra plus
Quand la voix a perdu son sens
Que tout les charmes sont brisés
Que là où vivait l’inconscience
La raison a repris ses droits
Quand il ne reste que des cendres
Que les pleurs ont séché longtemps
Et rien ne viendra plus devant
Et que tout est à regretter
Comment

Cours au plus loin cours te cacher
Le paradis a fait son temps
Ferme ton coeur à double tour
L’amour ne revient pas bientôt
Il est temps de se recoller
De se consoler seul à seul
Et temps de brûler tout ces jours
Pour n’en garder que la clarté.


D’un mot à l’autre

Et si tu reviens n’oublie pas le clair de la lune
Les jolis mots d’un jour à l’autre
Pour faire de plus beaux souvenirs
Et si tu reviens raconte encore tes jours de pluie
Les lumières que tu suis la nuit
Les silences qu’accorde ton coeur

D’un mot à l’autre tout est dit
La vie me saoule tout m’ennuie
Oublie demain

Et si tu reviens remet tes habits de naguère
Et peins ta bouche couleur sang
Pour qu’il en coule des rivières
Et si tu reviens rejouons la nuit des toujours
Mensonge plus vrai que la lune
Puisqu’on ne fera plus l’amour.

©2015-2016 Etienne Zbaeren.